Contention / Compression : quelles différences ?

Contention, compression : voici deux termes fréquemment confondus dès que l’on parle des troubles de circulation veineuse tels que les jambes lourdes ou douloureuses, les oedèmes des membres inférieurs, les varices, ou tout autre signe d’insuffisance veineuse.

Bas de contention - chaussette de contention - bas de compressionCompression, Contention – changez votre regard

Malgré leurs points communs et un emploi parfois indifférencié dans le langage courant, compression et contention renvoient pourtant à deux réalités bien distinctes dans le cadre du traitement de la maladie veineuse ou bien de la prévention de la thrombose veineuse, souvent appelée phlébite.

bas de contention - compressionExemple de bas de compression Varisma®

La compression exerce en effet une pression permanente, par le biais d’un textile médical exerçant une force de rappel élastique sur les jambes, que celles-ci soient au repos ou en pleine activité physique. Cette compression, épousant étroitement le relief musculaire, transmet aux tissus sous-jacents une pression constante qui empêche alors les veines de se dilater, et facilite ainsi le retour veineux vers le coeur. Les produits de compression médicale sont répartis en classes progressives de pression, le plus souvent I, II ou III, selon la prescription du médecin ou de la sage-femme.


Lancement d’un produit de compression (Varisma® Douceur)

À l’inverse, la contention exerce une pression intermittente, uniquement en réaction à la contraction musculaire, notamment lors de la marche, le plus souvent par le biais d’une bande inextensible ou peu élastique. Il s’agit donc d’une résistance passive, qui s’oppose au gonflement de membres inférieurs lors de l’exercice musculaire, tout en exerçant très peu de pression sur la peau lors du repos. Telle une pompe, cette action en deux temps optimise la chasse du sang de bas en haut. La contention est particulièrement adaptée au patient marchant régulièrement, mais elle exige un ajustement précis des bandes lors de la pose.

Malgré un même objectif thérapeutique, compression et contention relèvent donc de principes différents et peuvent être parfois utilisées de façon complémentaire.

Portée tous les jours, la compression constitue un traitement de référence de la maladie veineuse chronique et son efficacité est médicalement reconnue pour toutes les personnes atteintes par cette pathologie.

Au-delà des traditionnels bas, et sans différence d’efficacité, les produits de compression veineuse se déclinent aussi sous forme de mi-bas, collants, ou chaussettes, qui doivent toujours être parfaitement adaptés aux mensurations du patient, afin de garantir une pression optimale.

Un produit de compression trop grand ne pourra pas en effet exercer la pression nécessaire. Trop petit, il sera plus difficile à enfiler ou à retirer, et empêchera la bonne observance du traitement par le patient.

La bonne prise des mesures avant la délivrance du bas, collant, mi-bas, ou chaussette de compression par le pharmacien ou l’orthopédiste constitue donc un moment crucial pour une bonne observance et la réussite du traitement futur.

Peut-on dormir avec des bas de contention (aujourd’hui appelés bas de compression veineuse) ?

Pour traiter les troubles de l’insuffisance veineuse (jambes lourdes, douleurs dans les jambes, gonflements des jambes, varices, etc…), la compression doit être portée en journée, du lever au coucher.

En revanche, lors d’une hospitalisation ou d’un alitement qui nécessite la mise en place d’un traitement pour prévenir la phlébite (thrombose), la compression doit être portée jour et nuit.

En cas de doute, demandez conseil à votre médecin ou votre pharmacien !